Accueil > Livres > La Chimiste

La Chimiste

Roman de Stephenie Meyer

samedi 26 août 2017, par Nicolas

Résumé

Juliana est chimiste. Durant des années, elle a travaillé pour une agence top-secret gouvernementale américaine, utilisant ses concoctions pour faire avouer des terroristes et permettre de déjouer des attentats.

Mais quelque chose a mal tourné, son mentor a été tué, et elle s’est enfuie. Depuis elle vit dans la clandestinité, se protégeant le mieux qu’elle peut, n’hésitant pas à supprimer des tueurs venus pour elle.

Un jour elle reçoit un message de son ancien chef, qui lui propose une mission qui lui permettrait d’être réhabilitée et de ne plus être poursuivie.

Après quelques hésitations Juliana accepte. Cependant la cible va se révéler être différente que prévu...

Personnages

Juliana Fortis : chimiste, elle a été durant de nombreuses années au service du gouvernement, œuvrant à faire avouer des terroristes en puissance. Elle a quelques atouts inconnus de son ancien employeur. Elle est officiellement décédée.

Joseph Barnaby : mentor de Juliana, chimiste de renom, il a été tué par son service.

Carston : ex-employeur de Juliana, chef d’une agence secrète.

Daniel Beach : professeur d’Histoire, il prend aussi en charge l’équipe de basket de son école. D’après Carston, il a un côté sombre, et cherche à introduire un redoutable virus dans le pays.

Kevin Beach : frère jumeau de Daniel, décédé en prison après avoir mal tourné.

Arnie : personnage très silencieux, ami de Kevin.

Opinion

L’intrigue est très classique, ressemblant à un film d’action américain.

En revanche, ce qui me dérange, c’est cette utilisation de la torture sans question pour le bien du plus grand nombre, pour sauver le pays, etc. etc.

À ceci se combine le caractère de Juliana, que je pense que l’on peut qualifier de psychopathe, n’exprimant aucun remord ou regret pour ce qu’elle a fait, n’hésitant pas à torturer même pour se défendre elle-même.

Je trouve que cela ressemble presque à de l’apologie de la torture, et cet aspect me dérange.

Au final, une lecture bizarre.