Accueil > Livres > La Chute des Géants

La Chute des Géants

Roman de Ken Follett

jeudi 7 février 2013, par Nicolas

Résumé

En 1914, les tensions montent inexorablement entre les différents pays d’Europe, alimentées par les ressentiments et disputes territoriales.

Dans ce monde évoluent cinq familles, au Royaume-Uni, en Russie, en Allemagne.

Leur destin va se croiser, s’influencer, se mêler, ils vont s’opposer ou se marier durant la boucherie qu’a été la guerre.

Personnages

Comte « Fitz » Fitzherbert : aristocrate Britannique, très attaché aux coutumes de son pays. Il soutient les conservateurs et s’oppose au droit de vote des femmes. Il rêve cependant de servir son pays en se battant au front, comme ses ancêtres, plutôt que de vivre tranquillement.

Comtesse « Bea » Elizaveta Fitzherbert : femme du comte Fitzherbert, d’origine Russe.

Maud Fitzherbert : sœur du comte Fitzherbert, elle a des idées plutôt libérales, militant pour le droit de vote des femmes. Elle tombe amoureuse de Walter von Ulrich. Son frère lui paye tout ce dont elle a besoin pour vivre.

Hermia Fitzherbert : tante du comte Fitzherbert, elle n’a plus de moyens financiers propres et vit grâce à son neveu.

Otto von Ulrich : aristocrate Allemand, diplomate, il est partisan d’une ligne ferme et de la guerre si besoin.

Susanne von Ulrich : femme de Otto von Ulrich.

Walter von Ulrich : fils de Otto et Susanne von Ulrich, attaché militaire, il se rend dans différents pays dont l’Angleterre, et tombe amoureux de Maud Fitzherbert.

Robert von Ulrich : second cousin Walter, homosexuel.

Grigori Peshkov : ouvrier métallurgiste à l’usine Putilov, il a perdu ses parents jeune et s’occupe de son petit frère. Il rêve d’aller vivre aux États-Unis.

Lev Peshkov : palefrenier, il travaille comme son grand frère Grigori à l’usine Putilov. Il est plutôt impulsif, s’attirant régulièrement des ennuis.

Katerina : fille de paysanne venue en ville, elle cherche du travail mais a des ennuis avec la police. Sauvée par Grigori, elle s’attache à Lev.

Konstantin : opérateur à l’usine Putilov, il préside un groupe de discussion d’ouvriers.

Isaak : ami de Grigori, travaille également à l’usine Putilov.

David « Da » Williams : mineur, syndicaliste, il tente de défendre ses collègues mineurs et s’attire de nombreux ennuis de la direction de Celtic Minerals.

Cara Williams : femme de David.

Ethel Williams : fille de David et Cara Williams, elle travaille comme intendante dans le manoir du comte Fitzherbert.

Billy Williams : fils de David et Cara Williams, il suit les traces de son père à la mine, puis s’engage à l’armée pour faire la guerre.

Gramper : père de Cara Williams.

Tommy Griffiths : mineur et meilleur ami de Billy Williams.

Midred : couturière, elle monte sa petite affaire. Elle a perdu son mari et a deux enfants.

Cameron Dewar : sénateur Américain.

Ursula Dewar : femme de Cameron Dewar.

Gus Dewar : fils de Cameron et Ursula, il travaille pour le Président Wilson, voyageant régulièrement en Europe.

Josef Vyalov : homme d’affaires d’origine Russe, il est souvent violent mais très religieux. Il ne recule devant pas grand-chose pour ses affaires.

Olga Vyalov : fille de Josef, elle est couvée par son père qui repousse tous ses prétendants potentiels.

Rosa Hellman : journaliste, elle s’intéresse à tout ce qui touche la Maison-Blanche.

Mikhail Pinsky : officier de police, il se montre souvent violent.

Ilya Kozlov : adjoint de Pinsky.

Andrei : prince russe, frère de Bea Fitzherbert, il possède de nombreux domaines dans son pays.

Opinion

À travers la vie de personnages somme toute ordinaires, mais de classes sociales très variées, cette fresque présente un aperçu [1] des tensions menant à la Première Guerre mondiale et du déroulement de celle-ci, ainsi que de la lutte contre la prise de pouvoir par les Bolcheviques en Russie.

Le roman couvre une dizaine d’années, se concentrant principalement sur la période 1914-1918.

Le style de l’auteur n’est pas tout le temps à mon goût, je trouve les personnages un peu trop victimes du « les plus heureux au monde, on leur dit quelque chose, et ils s’effondrent en larmes, leur monde brisé », ou l’inverse, et pas forcément très creusés.

Cependant les descriptions des coutumes, mœurs, mentalités sont intéressantes, notamment tous les débats sur la place des femmes au Royaume-Uni et le droit de vote universel ou non.

Au final une bonne lecture pour avoir un aperçu de cette période critique du XXe siècle.


[1Historiquement correct m’a indiqué un professeur d’Histoire.