Accueil > Livres > Moi, Lucifer

Moi, Lucifer

Roman de Glen Duncan

samedi 3 décembre 2016, par Nicolas

Résumé

Lucifer, ange déchu, se voit proposer un marché par Dieu. Durant un mois il s’incarnera dans un humain, et décidera au terme de la période s’il veut ou non continuer son incarnation jusqu’à la mort du corps et remonter ensuite aux Cieux, pouvant peut-être même retrouver tous ses pouvoirs.

Lucifer accepte, à sa propre surprise, et se retrouve dans la peau d’un écrivain qui allait se suicider.

Il décide alors d’écrire un roman, et surtout de faire un grandiose film racontant son histoire, de la Création jusqu’à sa chute.

Personnages

Lucifer : narrateur, ange déchu, il a durant des millénaires influencé les humains pour les corrompre, et récupérer ainsi leurs âmes. Il se laisse tenter par le marché que Dieu lui propose, mais ne change pas fondamentalement de comportement.

Gunn Declan : écrivain au bord du suicide, c’est dans son corps que Lucifer doit s’incarner. Il a subi plusieurs traumatismes relationnels durant sa vie.

Gabriel : ange majeur, entièrement dévoué à Dieu, chargé de proposer à Lucifer le marché, et de vérifier qu’il en respecte les termes.

Pénélope : premier amour de Gunn, avec qui il a fini par se disputer.

Violette : compagne de Gunn, elle a des ambitions d’actrice, mais commence à se demander ce que Gunn peut lui apporter.

Nelky : démon au service de Lucifer, il l’aide durant son séjour sur Terre.

Astaroth : démon majeur, théoriquement sous les ordres de Lucifer, il a des velléités de remplacer celui-ci.

Harriet Marsh : veuve, possédant une grande richesse, elle a été influencée par Lucifer des années auparavant. Elle a des parts dans un studio de films.

Betsy Galvez : agent littéraire de Gunn.

Opinion

L’idée de base est amusante, sans être révolutionnaire, et l’intrigue est plutôt descriptive sans trop d’action.

En revanche les nombreux commentaires de Lucifer sur Dieu ou des événements bibliques sont assez drôles, donnant un angle de vue différent notamment de la Bible et ce qu’elle raconte.

Sans être révolutionnaire, une lecture distrayante.