Accueil > Livres > Résilience

Résilience

Roman de Yannick Monget

samedi 27 mai 2017, par Nicolas

Résumé

En Chine, un mystérieux virus informatique prend le contrôle des systèmes d’une centrale nucléaire, au moment où tout le personnel est victime d’une étrange maladie.

Parce qu’elle a un agent infiltré dans la société fournissant la sécurité du site, la DGSI commence immédiatement à analyser la situation, pour comprendre les implications.

Par ailleurs des mouvements étranges de matériel attirent également son attention.

Au centre de tous ces événements, la société Tsanmoon, multinationale impliquée dans de nombreux domaines et dont le président est farouchement opposé au nucléaire.

Personnages

Frédéric : agent de la DGSI, il a infiltré Tsanmoon plusieurs années auparavant avant de se dégager du projet à cause de ses sentiments pour Anya.

Micheal Hammond : président de Tsanmoon, il est opposé au nucléaire, tentant de promouvoir des énergies propres.

Anya Hammond : fille unique de Michaal Hammond, biologiste, elle lutte contre la pandémie qui s’est déclarée.

Tom Lincoln : responsable de la sécurité dans les bases de Tsanmoon.

Merrick : responsable des expéditions en zone irradiées dangereuses.

Keiichiro : ingénieur, il a conçu de nombreux véhicules et systèmes pour se déplacer et travailler en zones radioactives.

Grégoire : collègue de Frédéric, il reprend l’enquête de celui-ci sur les étranges mouvements de cargaisons.

Pochin : directeur adjoint de la DGSI, il apprécie le travail de Frédéric.

Bigeard : directeur de la DGSI, il est anti-nucléaire et a son franc-parler.

Logan : collègue de Frédéric, également infiltré dans Tsanmoon.

Michiko : épouse de Keiichiro, médecin, elle passe de base en base et tente de former d’autres médecins.

Jimmy : jeune geek faisant partie de l’équipe de Keiichiro.

Max : jeune geek faisant partie de l’équipe de Keiichiro.

Opinion

J’admets être partagé sur ce roman.

Toute la partie à propos du nucléaire est plutôt bien documentée, et je partage certains points de vue de l’auteur sur l’espèce d’aveuglement par rapport à cette énergie.

En revanche, justement, dans le roman, les personnages se focalisent trop sur cet aspect, et oublient complètement l’épidémie, et passent même à côté d’éléphants dans les couloirs.

Sans oublier les méchants capables de tuer quelques minutes après un coup de fil mais incapables d’enquêter en profondeur sur des hauts placés de leur propre société...

Au final, cela reste une lecture divertissante.